La playlist de Trap

Si vous n’avez toujours pas fait l’acquisition du livre TRAP, ce mix brillant signé par nos deux confrères et amis de l’Abcdr du Son Bachir et Raphael da Cruz, qui retrace l’histoire de cette scène à travers ses grands beatmakers et ses instrus majeures, devrait vous aider à finaliser l’acte d’achat ;)

En presque vingt ans d’existence, la trap d’Atlanta a redéfini les codes musicaux du rap. Ses nuances de mélodies électroniques, ses sons de batteries synthétiques hérités de la TR-808 et ses rythmiques lentes remplies de roulements de hi-hats se sont d’ailleurs tellement diffusés dans le rap, le R&B et même une partie de la pop que la trap en est peut-être totalement diluée. Une infiltration esthétique qui était loin d’être évidente il y a quinzaine d’années, lorsque la trap était aussi adulée que décriée. Pourtant, des rappeurs audacieux et des producteurs ingénieux ont su insuffler constamment de nouvelles approches textuelles et sonores à ce sous-genre devenu mètre-étalon du rap contemporain. C’est ce qu’essaient de démontrer les auteurs de différentes nationalités qui ont contribué au livre TRAP, co-édité par les Éditions Divergences et Audimat Éditions et paru en mai dernier.

Pour illustrer soniquement les mutations de la trap décrites sous différentes approches dans TRAP, Bachir a proposé à nos confrères de Musique Journal et Abcdr du son, de réaliser un mix réunissant des morceaux références de la trap d’hier et d’aujourd’hui. Sans être une anthologie définitive de la trap, dont la discographie est un labyrinthe d’albums et surtout de mixtapes, ce mix se propose plutôt d’en rappeler des tournants et des instants phares dans un constant voyage temporel.

Partager Facebook Twitter Email
Lié à
Trap
15
Audimat éditions
https://audimat-editions.fr/media/pages/catalogue/trap/2b1f0e26ad-1620198569/2021_04_trap-couv-v2.jpg
Trap
Ajouter au panier
15

Rêves et cauchemars du rap américain au XXIe siècle

Découvrez aussi

Partie 2 : Enquêter pour transformer.

Lire l’article

Partie 1 : L’impasse de l’approche managériale.

Enseignant, chercheur et compositeur, François Ribac est un spécialiste des rapports entre musique et écologie, même si le mot de spécialiste convient assez mal à son style de pensée. Il cherche en effet souvent à déconstruire le privilège des experts et les écueils d’une recherche académique à oeillères. Depuis de nombreuses années, il montre comment l’idéologie de l’innovation trouve une partie de ses appuis dans l’histoire de la musique occidentale, et comment il est difficile de comprendre la musique sans en passer par une histoire très large des technologies et des infrastructures du spectacle et de l’enregistrement. Le texte que vous allez lire fait suite à une rencontre à European Lab organisée par nos camarades de Technomaterialism. Les invités y avaient confronté leurs visions divergentes de ce que signifierait une transformation écologique du monde de la musique, et François Ribac s’y était opposé à l’horizon posé par les chartes écoresponsables, l’approche « RSE » (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et les outils informatiques pour comptabiliser « l’impact carbone » des festivals.

Lire l’article

Alors que la fête d’automne de Lucky Cloud vient de se terminer, que l’anniversaire de David Mancuso approche et que mon invitation à la fête d’Halloween du NYC Loft vient d’arriver dans la boîte aux lettres, j’ai pensé que ce serait le moment idéal pour réfléchir à la collection de mode masculine Louis Vuitton intitulée « Fall in Love », qui a été lancée pendant l’été, et en particulier à l’affirmation de l’entreprise selon laquelle cette collection a été inspirée par David et le Loft.

Lire l’article
a été ajouté au panier
Voir le panier