Lancement Audimat 16

Le samedi 13 novembre, à Paris, chez Cahier Central, nous fêterons la sortie d’Audimat 16 en famille (avec Musique Journal, Les Siestes, Pierre Vanni et ses étudiants).

Dans le cadre du salon Offprint dédié aux éditeurs indépendants et expérimentaux, Audimat, Musique Journal et Les Siestes vous invite à une réunion familiale chez Cahier Central, le samedi 13 novembre au soir.

Vous pourrez vous y procurer les pièces inédites suivantes conçues par Pierre Vanni :

- Une affiche sérigraphiée recto/verso des Siestes (60x40 cm)

- Un fanzine extra-large de Musique Journal

Les étudiant.e.s à l’ENSAD de Nancy (option communication) proposeront également Central, un fanzine d’investigation éditorial et graphique autour de Musique Journal.

Enfin, vous y retrouverez l’ensemble des publications Audimat : numéros anciens de la revue, l’auto-biographie Art Sexe Musique de Cosey Fanni Tutti, la somme Le choc du glam de Simon Reynolds, le livre collectif Trap, la revue Habitante ...

Cahier Central

12 rue Lacépède - 75005 Paris

Entrée libre dans le respect des gestes barrières

19h - 22h

Partager Facebook Twitter Email
Découvrez aussi

Art Sexe Musique est désormais disponible en français et vous avez peut-être déjà entamé votre lecture. Pour éviter les va-et-vient incessants sur votre barre de recherche, voici notre playlist ! L’occasion de revenir sur la carrière de Cosey Fanni Tutti, d’une prolificité rare, en solo et au sein de Throbbing Gristle, Chris & Cosey, CTI, Carter Tutti ou encore X-TG...

Lire l’article

Cosey Fanni Tutti a une carrière pluridisciplinaire qui traverse plusieurs décennies de créations artistiques outre-Manche. Vous pouvez lire ici un extrait de son autobiographie Art Sexe Musique, quand le duo COUM Transmissions formé de Genesis P-Orridge et Cosey Fanni Tutti et plutôt affilié à la performance est devenu le groupe pionnier de la musique industrielle Throbbing Gristle (TG), Genesis et Cosey étant rejoints par Peter Christopherson et Chris Carter.

Lire l’article

Le son "jiggy" des Ruff Ryders, belliqueux mais plastique et contre-intuitif au point d’en être presque crispant, a marqué le rap américain au tournant du XXIe siècle avant de s’évaporer sans que beaucoup ne le regrettent. Très confidentielle dans l’Hexagone, cette musique est pourtant restée imprimée dans les oreilles du rap-nerd adolescent qu’était à l’époque Julien Morel, ex-rédacteur en chef de Vice France. Il revient sur cette trouble épiphanie sonore et visuelle, qu’il avait alors absorbée comme une forme noire-américaine du trash metal des années 80.

Lire l’article
a été ajouté au panier
Voir le panier